rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.cace.fr/data/fr-articles.xml

  • Programme
  • Motion : Une vraie loi sur l'eau


Programme :

X° Aquarévolte
à Toulouse (31) les 11 et 12 juin 2005

Rencontre nationale des associations d'usagers de l'eau potable et de l'assainissement 
L'accès au colloque est réservé aux adhérents des associations et à leurs seuls invités
Merci de votre compréhension

Samedi 11 juin 2005

9 h 00 Accueil des participants 
9 h 30 Marc LAIME, journaliste et sociologue : présentation de la Directive Cadre Européenne (DCE).
Débat 
11 h 00  Gérard BORVON, association S-Eau-S, membre du Comité National de l'Eau : perspectives de la nouvelle loi sur l'eau. Qualité des eaux et risques sanitaires. 
Débat 
12 h 00 Repas en commun 

14 h 00 Jean Luc TOULY, Associaton pour le Contrat Mondial de l'Eau (ACME) : quelle place pour les usagers ? 
Débat
16 h 00 Patrick DU FAU DE LAMOTHE, association Transcub : étude des décrets du ministère de l'intérieur sur la présentation des comptes des délégataires. 
Débat 

18 h 00

19 h 00

Conférence de presse

Repas en commun

Dimanche 12 juin 2005

9 h 30 Quel statut pour la CACE ?
11 h 00 Présentation et vote des motions, débat général 
12 h 30 Repas de clôture en commun

Motion : Une vraie loi sur l'eau


 

CACE (Coordination nationale des Associations de Consommateurs d'Eau)
Motion : une vraie loi sur l'eau

X° Colloque Aquarévolte les 11 et 12 juin 2005 à Toulouse (31)

La CACE constate que le ballet continu des réticences, timidités et hésitations des élus et des gouvernements fait supporter le coût de la protection et la gestion de l’eau presque exclusivement par les usagers domestiques et épargne les vrais responsables d’une gestion caractérisée par le gaspillage, la dégradation et la pollution.

La CACE constate que les mesures prises actuellement favorisent la déréglementation en matière de protection des ressources alors que l’interdiction de polluer et la fermeture des établissements pollueurs ne son pas prévues.

La CACE exige que les « chartes solidarité eau » soient effectivement créées afin de protéger les usagers en difficulté contre les coupures d’eau.

La CACE exige aussi la suppression d'une tarification dégressive.

La CACE met en garde contre certaines interprétations de la loi SRU du 13 décembre 2000 qui amalgament les notions d’individualisation des compteurs et celle des contrats, cette dernière conduisant à une augmentation du prix de l’eau au seul bénéfice des délégataires.

La CACE encourage les collectivités locales à revenir à une gestion en régie publique.

Les associations du réseau de la CACE continueront à agir pour l’impulsion d’une véritable politique démocratique de l’eau qui soit déconnectée de l’emprise des lobbies. « L’objectif d’un bon état de l’eau en 2015 » fixé par la loi sur l’eau s’avère très timide et très insuffisant et apparaît au mieux comme une modeste déclaration d’intention, les pesticides étant présents dans 75% des cours d’eau et la moitié des nappes phréatiques.

L’eau n’est pas une marchandise !


 


 

 


 

 



  

Site en cours de développement.    CACE © 2017-2018

Recherche
 
Fermer
qualité de l'eau
 ↑  
gestion service
 ↑  
Associations Adhérentes
 ↑  
Calendrier
Webmaster - Infos